A propos des 4 Accords Toltèques

1er accord : Que votre parole soit toujours impeccable
Le mot impeccable vient du latin pécatus qui signifie péché avec le radical im qui signifie sans.
Impeccable signifie sans péché !
Le premier péché est une chose que nous commettons contre nous même.
Nous agissons contre nous même lorsque nous nous jugeons ou nous critiquons pour n’importe quoi.
Lorsque nous sommes impeccables nous assumons la responsabilité de nos actions mais nous ne nous jugeons pas !

2ème accord : Quoi qu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle
Si quelqu’un nous fait un reproche ou nous insulte, cela parle surtout de la personne, de l’opinion qu’elle a de nous, de son point de vue sur nous.
Accorder de l’importance à ce point de vue, cela reste notre choix !
Nous nous faisons piéger lorsque nous nous servons de la parole ou du comportement de l’autre pour nous dévaloriser. Et nous tombons également dans le piège lorsque nous cherchons à nous valoriser avec les compliments des autres.
Nous ne sommes responsables ni des compliments, ni des reproches que l’on nous fait.
Chaque individu est de toutes façons beaucoup plus complexe et varié que ce qu’un autre peut observer de lui à un instant donné.
Nous découvririons que notre potentiel est beaucoup plus vaste et merveilleux que cela si nous savions le regarder dans tous ces aspects.
Alors petit à petit nous pouvons apprendre à découvrir les aspects ignorés de ce potentiel. Ainsi nous prendrons conscience que nous avons plus besoin de nous faire confiance à nous, à notre capacité à effectuer des bons choix que de laisser notre confiance reposer sur les autres.

3ème accord : Ne faites pas de suppositions
Nous ne supportons pas notre ignorance, alors nous faisons des suppositions à propos de tout.
Nous interprétons les raisons d’agir d’autrui pour éviter de demander des explications. Nous préférons prendre nos interprétations pour réelles, nous les répandons parfois autour de nous, et ainsi nous entretenons le jeu des peurs et des rancunes, le poison émotionnel.
Notre besoin de savoir remplace notre besoin de communiquer.
En interrogeant l’autre nous pourrions entendre des choses qui nous dérangent, ou peut-être des choses que nous ne croirions pas.
Nous entretenons ainsi une sorte de cercle vicieux. Si nous avons honte de certaines choses, nous préférons les cacher et nous sommes persuadés que les autres font de même.
Pour sortir de ce cercle il faut pouvoir être qui l’on est afin de ne pas créer de fausse image de soi… Il faut pouvoir accepter de confronter l’autre lorsque c’est vraiment nécessaire, et accepter d’ignorer certaines choses dans le cas contraire.
Ayons le courage de poser des questions jusqu’à ce que tout soit aussi clair que possible.
Utilisons notre voix pour demander ce que nous désirons, chacun a le droit de dire oui ou non.
Inversement chacun peut nous interroger et nous avons la responsabilité d’accepter ou de refuser comme çà nous plait.
Ainsi nous n’aurons plus besoin de faire de suppositions, notre communication deviendra authentique et la confiance pourra circuler.

4ème accord : Faites toujours de votre mieux
Ce dernier accord transforme les trois autres en habitudes solidement ancrées puisqu’il concerne l’application des trois premiers.
En toutes circonstances faisons toujours de notre mieux ni plus ni moins. Mais ce mieux ne sera pas identique à chaque fois.
Certaines fois nous nous sentons confiants frais et débordants d’énergie notre mieux sera mieux que les matins où nous sommes fatigués, découragés pris par le doute.
Indépendamment de toute évaluation sur le résultat, continuons à faire de notre mieux. Si nous nous acharnons à faire plus que notre possible, nous dépensons trop d’énergie et finalement notre mieux nous paraît quand même insuffisant… Et les doutes, le découragement et la fatigue augmentent.
En grande ou en petite forme, que les circonstances soient favorables ou pas, rappelons nous que nous avons décidé de faire notre mieux.
Faisons confiance à cette intention que nous avons fermement posée en nous, choisissons la comme repère comme le cap que nous avons choisi de suivre quelle que soit la tempête qui souffle autour de nous. Elle est une protection contre notre juge intérieur… contre notre ego qui nous voudrait différent ou qui nous souffle d’abandonner pour nous protéger d’un échec.
Et si malgré tout nous ne pouvons pas nous contenter du résultat, plutôt que de nous le reprocher, revoyons quelle est notre motivation. Plus nous sommes conscients de notre motivation, plus nous sommes capables de faire les efforts maximum à notre portée.
Le plaisir de notre motivation est le meilleur des carburants. Le sentiment d’obligation ou de subir une contrainte nous freine.
Si notre motivation flanche, peut-être avons nous besoin de prendre du recul, de nous reposer et… de nous reposer certaines questions.
Sommes nous en train de faire quelque chose qui ne contribue pas à notre bonheur ?
Plus nous agissons en étant heureux d’agir, plus nous sommes vivants. Si nous prenons le risque de sortir de nos conditionnements pour revenir à ce qui est essentiel alors garder le cap sur le meilleur de nous-même devient plus facile et plus quotidien
Faire de son mieux pour vivre sa vie est une manière d’exprimer la gratitude d’être vivant !

ET IL Y EN A UN CINQUIEME :

5ème accord : Soyez sceptique mais apprenez à écouter
Soyez septiques
Ne croyons pas systématiquement ce que nous entendons…
pas plus ce que les autres nous racontent… que ce que nous nous disons à nous mêmes.
Rappelons nous que la réalité que nous percevons est différente pour chacun d’entre nous.
Cette réalité est appréhendée à travers les filtres de nos sens, de notre histoire personnelle, de nos croyances, et aussi du langage utilisé.
Il n’est donc pas réaliste d’avoir trop de certitudes sur ce que nous percevons d’une situation. Nous devons nous souvenir que personne n’est en mesure de discerner la globalité de la Réalité.
Apprenez à écouter
Apprenons à écouter ce que chacun ressent comme quelque chose d’unique, de personnel et de réel pour celui qui le ressent.
Ceci est vrai pour nous même comme pour nos interlocuteurs.
Ainsi nous pourrons écouter en se détachant d’un quelconque sentiment de vouloir chercher qui a raison.
La Réalité absolue nous échappera toujours, mais nous pouvons sincèrement nous intéresser autant à notre monde intérieur qu’à celui de l’autre.
Parfois ce monde trop différent du nôtre ne nous inspire pas et après avoir entendu, nous sommes libres de le laisser à l’autre…voire de nous protéger si c’est nécessaire.
Cependant s’écouter mutuellement restera toujours le meilleur moyen d’échanger à propos de nos rêves, de créer du lien, de nous enrichir,de partager de l’intimité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s